Frédéric Lenoir – L’Ame du monde

Frédéric Lenoir - L’Ame du mondeLa première fois que j’ai entendu parler d’André Suarès, c’était dans un livre qui portait sur la littérature prolétarienne. Il y a quelques années déjà. Il y était cité – pour des raisons qui ne me reviennent pas, hélas : « Je plains ceux pour qui il n’y a pas de mystère : ils n’ont de mystère pour personne ; et aussi peu de vie, à proportion. » On raconte que Suarès était un surdoué. Pour un cerveau qui peut tout comprendre de ce monde, ce qui ne s’explique pas doit forcément attirer. Sans doute.

Si je reviens sur Suarès, ce n’est pas pour faire son apologie – bien que je devrais – mais pour souligner le thème autour duquel un autre auteur, Frédéric Lenoir, a construit la trame de son livre « L’Ame du monde ». Le mystère, il y a ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas. De toute évidence, Frédéric Lenoir y croit. Dès la première page, le ton est donné. « L’expérience la plus belle et la plus profonde que puisse faire l’homme est celle du mystère », nous livre la préface. Et nous de penser : si même Albert Einstein le dit ! Lenoir est en terrain conquis.

L’histoire est simple. A la veille de l’apocalypse, huit sages réunis dans un monastère tibétain par une force mystérieuse – l’Ame du monde, selon Lenoir – décident de léguer à deux adolescents les enseignements qu’ils tirent de leurs croyances respectives : philosophie, islam, chamanisme, hindouisme, taoïsme, judaïsme, catholicisme, bouddhisme. Sur base de ces traditions, ils livrent leur vision personnelle de la vie et de la mort, et apportent des réponses aux questions existentielles qui ont façonné le monde depuis sa création. La vie, l’âme, l’amour, l’art sont autant de thèmes revisités par un Lenoir incollable qui de toute évidence baigne dans son élément.

Rassurez-vous toutefois ! on est loin de la lecture fastidieuse. Ni morale, ni querelle religieuse. Lenoir a la bonne idée de préserver l’anonymat de chaque sage, si bien qu’il n’est jamais nommé autrement. On ne sait jamais vraiment qui parle, et qui pense ; de quel enseignement émane un message ou l’autre. Et cela n’a aucune importance. Car chaque leçon découle d’une vérité universelle ; une vérité qui fait l’unanimité de tous les courants religieux et philosophiques représentés. La morale de l’histoire est sommaire mais juste : la cohabitation spirituelle est possible si elle repose sur les valeurs autour desquelles toutes les traditions se rejoignent. Bon.

Bien que romancé, « L’Ame du monde » est en réalité une explication métaphysique de l’univers. Aussi, qu’on se le dise : si vous êtes un cérébral invétéré, circulez ! Vous risqueriez de passer un mauvais moment. Il n’y a pas que le ton volontairement plaintif, parfois naïf qui pourrait vous agacer. Il y a aussi dans « L’Ame du monde » cette outrecuidance mystique qui a de grandes chances d’heurter votre scepticisme.

Mais toujours est-il que « L’Ame du monde » sonne comme une bouffée d’air pur dans ce climat suffocant où les aspirants Chris Brown et autres Rihanna imposent leurs désillusions et leur réalisme sombre à toute une société en perte d’idéal. « L’Ame du monde », c’est une fleur candidement préservée sur un tas de purin. Et perdu dans ce monde – qui n’est pas aussi merveilleux que le chantait Armstrong, on se questionne : que reste-il de nos rêves d’enfant ?

Et lorsqu’ils mourront, ils demanderont : A quoi bon vivre ? L’existence n’avait aucun sens ! Où est-il, le bonheur auquel j’ai parfois aspiré ? Où est-il, l’amour que j’ai désiré ? Où est-elle, la vérité dont on m’a parlé ? (…) Alors on leur répondra : Tu avais en toi un esprit qui pouvait donner un sens à ta vie, te conduire au bonheur et à l’amour véritables, te mener vers la vérité et te faire vivre tes rêves… mais tu l’as ignoré. (Frédéric Lenoir, L’Ame du monde, Paris, Nil, 2012, p. 87)

A la vie, à la mort, au mystère de l’âme. Et à nos rêves d’enfant qu’il ne tient qu’à nous de retrouver – trois étoiles.

Publicités

4 réflexions sur “Frédéric Lenoir – L’Ame du monde

  1. Meral dit :

    Ce livre m inspire déjà … Je ne sais pas pourquoi mais je trouve qu il a tout à fait sa place en cette période de fin d année ou généralement on fait le point sur sa propre existence . Mon prochain cadeau de Noël 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s