Truman Capote – Monsieur Maléfique et autres nouvelles

Truman Capote - Monsieur Maléfique et autres nouvellesTout récemment, j’ai revu le film de Bennett Miller dans lequel le regretté Philip Seymour Hoffman campe avec justesse le personnage de Truman Capote. Je me souviens avoir vu le film une première fois à sa sortie en 2005. A Atlantic City, avec ma sœur. Tard, un soir d’hiver. Le film m’avait semblé monotone, insipide, ennuyant – une erreur de jugement due à un niveau d’anglais assez limité, il faut le dire. Car en réalité, le film n’est ni monotone, ni insipide. Encore moins ennuyant – je vous le conseille d’ailleurs fortement. Quoi qu’il en soit – avoir revu « Capote » a éveillé en moi une obsession pour l’auteur américain. Une passion qui m’a donné envie de lire de lui et sur lui.

J’avais déjà lu « Petit déjeuner chez Tiffany », il y a quelques années. Cette fois, j’ai voulu puiser à la source même du succès de Capote : les nouvelles. Trois, plus exactement. « Monsieur Maléfique » – une jeune femme fraîchement débarquée à New York et aspirant à une vie facile vend ses rêves à un homme dont elle ne connaît pas les desseins. « Tels des enfants le jour de leur anniversaire » – deux enfants se disputent l’amour vénal et superficiel d’une petite fille de dix ans, dont les rêves de grandeur et de gloire n’ont d’égal que sa mégalomanie. « Une dernière porte est close » – un jeune homme égoïste et instable sacrifie l’amour d’une vie pour se rapprocher de l’ascension sociale qu’il désire tant et qui le mènera à sa perte. Trois histoires courtes donc, mais fantastiques – aux sens propre et figuré – qui emportent le lecteur dans l’imaginaire de Capote sans le détacher des fondements de la réalité : celle de la société américaines des années cinquante. La griffe de Truman Capote.

On le sait, les œuvres de Capote sont complexes – c’est le talent qui veut ça. Dans ce recueil, Capote retrace ce moment précis d’une vie où le bien se retrouve confronté à son contraire : la corruption, la déchéance, la décadence de l’être et de son humanité. Le bien entre en contact avec le mal. « Monsieur Maléfique et autres nouvelles » devient alors une observation sans jugement – mais poussée – du déclic qui s’opère chez le sujet – au départ innocent – au cours de cette rencontre. Les protagonistes se transforment. Pour le pire. Et l’être maléfique – ayant comme pactisé avec le diable – les entraîne avec lui dans sa longue descente aux enfers. Car la frontière entre le bien et le mal est bien mince, après tout.

C’est ainsi qu’ils le laissèrent. En chemin, Margaret se mit à pleurer doucement. — Il ne sera plus jamais gentil, dit-elle. Et Walter dit : — Je ne sais pas ce que tu veux dire. — Oh ! si, tu le sais très bien, répondit-elle dans un murmure, tu le sais parfaitement. Nous venons tous les deux de lui apprendre ce que c’est que la haine. Je crois que jusqu’à aujourd’hui, il ne savait pas ce que c’était. (Truman Capote, Monsieur Maléfique et autres nouvelles, Paris, Gallimard, 1953, p.80)

Capote critique les versants d’une société où l’appât du gain et la quête matérielle justifient les moyens, et ont remplacé toutes les valeurs du monde. Les protagonistes sont victimes de leur ambition disproportionnée. L’une vend ses rêves ; l’une encore sacrifie l’amitié de deux gamins. L’autre enfin abandonne la femme qu’il aime – pour rien. Tous sont pleins de rêves ; des rêves qui se soldent en leurres ; des leurres qui les brisent. Nul n’en réchappe indemne. Une critique de la société, en somme.

Parce que – avec « Monsieur Maléfique et autres nouvelles », Truman Capote nous rappelle qu’il ne faut pas grand-chose pour faire basculer un Homme ; un déclic – un seul – suffit à le faire passer de l’autre côté – quatre étoiles.

Publicités

4 réflexions sur “Truman Capote – Monsieur Maléfique et autres nouvelles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s