Rencontre – Sébastien Teissier

Rencontre - Sébastien TeissierLorsque, il y a quelques semaines déjà, je terminais la lecture de « X », premier roman de Sébastien Teissier publié aux éditions Nouveau Monde, je me doutais que ce Français à l’accent marseillais, expatrié à l’autre bout du monde depuis près de dix ans, me surprendrait de par des capacités cérébrales un petit peu au-dessus de la mêlée. Il faut dire – il en fallait pour écrire « X » et j’en étais consciente. Mais ! je ne pensais pas trouver là un homme qui, loin encore de la quarantaine, pouvait déblatérer sur à peu près tout. Je veux dire : sur tout. Sur la biologie moléculaire – dont il est un expert certifié et avéré. Mais aussi – sur la mythologie grecque, les religions, la paléontologie, la physique, la chimie, la génétique, l’évolution, la philosophie – etc. De lui j’ai appris les secrets révélés par les carbones 14 et 12, l’intérêt de l’étude des copies d’ADN en théorie du genre, la symbolique de l’Adam biblique dans les histoires de détournement de feu – et j’en passe. Sébastien Teissier est un touche-à-tout qui semble tout connaître sur tout. Et – par-dessus tout : d’une sympathie… Véridique !

« X est le fruit d’un travail long de six mois » me confie Sébastien Teissier, entre deux bouchées d’un mets végétarien qui me laisse perplexe. « Je connaissais le début et la conclusion de l’histoire avant d’en commencer l’écriture. Mais il y a un grand nombre d’éléments qui se sont rajoutés en cours de route – et d’autres que j’ai dû abandonner car ils alourdissaient l’histoire et ne lui apportaient rien. » C’est notamment le cas d’une amourette que Teissier a écrite mais a choisi de ne pas inclure dans la trame finale, apprends-je – mi horrifiée mi soulagée. Une histoire d’amour aurait fait de « X » une œuvre ordinaire ; de celle qui voit le bien l’emporter. D’une simplicité trop simple pour un gabarit comme le sien. Je ne peux m’empêcher de le lui dire. Il hoche la tête et avoue partager mon avis.

« Mon éditeur souhaitait modifier la fin de X pour pouvoir continuer d’exploiter certains personnages. Le dénouement aurait été moins sombre. J’ai refusé. C’était catégorique : je ne voulais rien changer à l’histoire telle que je l’avais conçue. Cela n’aurait pas correspondu à ce que je suis. » Je me retiens de soupirer d’aise en l’entendant tenir un raisonnement similaire. La détermination de Teissier à préserver sa fin a en fait sauvé l’histoire. Il acquiesce. « Il y a moins à retenir d’une histoire qui se termine bien. » Je le bénis intérieurement. « En fait, je n’ai fait qu’écrire le livre que j’aurais aimé lire » réalise-t-il soudain – alors qu’enfin il porte à ses lèvres le verre de vin blanc qu’il a longtemps laissé intouché sur la table.

Un livre qu’il termine d’écrire en 2011 et qu’il édite trois ans plus tard, au terme d’un parcours qui laisse songeur. Après avoir essuyé les refus des maisons d’édition à qui il envoie le manuscrit, Teissier sent qu’il n’a plus grand-chose à perdre. Deux solutions s’offrent à lui. Oublier « X » et se résigner à ce qu’il ne paraisse jamais en est une. Mais il s’y refuse. Les éditeurs qui parfois tergiversent quant à la publication de « X » le frustrent. Il décide d’opter pour la seconde option : rendre « X » disponible à la vente sur Internet. Il use des réseaux sociaux, contacte les blogueurs, distribue la version numérique de son livre. Bien lui en prend : le bouche à oreille est lancé. En juillet 2013, c’est la consécration. « X termine en cinquième position des ventes numériques sur Amazon ! » se souvient Teissier, sans parvenir à dissimuler sa fierté. Juste après le roman de Dan Brown…

Les choses s’enchaînent alors à une allure folle. Une radio locale fait de « X » son coup de cœur littéraire avant que les éditions Nouveau Monde ne s’en emparent. La publication est programmée pour janvier 2014. « Il faut croire que les coups pris étaient nécessaires. J’ai appris à passer outre. »

Aujourd’hui, la carrière littéraire de Sébastien Teissier semble avoir décollé. La suite de « X » est en cours de préparation et reviendra sur les origines des personnages. Quant à un troisième opus, il est également envisageable. « L’histoire se joue déjà dans ma tête… » De longues nuits blanches en perspectives donc pour ce père de deux enfants qui avoue ne pas dormir beaucoup et aimer écrire de nuit. « C’est la seule façon de donner un ton grave à mes écrits. La nuit, il y a moins de risque de se laisser aller à des pensées légères. » Je n’aurais pu mieux dire.

Alors que je l’observe scrupuleusement se passionner sur chacun des sujets qu’il aborde, je réalise que Sébastien Teissier lutte en fait pour ne pas avoir à rejoindre les rangs serrés de cet univers impitoyable qu’est la littérature. Je trouve cela réjouissant. Tant qu’il le peut, il écrira avec toute l’intelligence qui le caractérise – et non pour l’oseille. Mais combien de temps tiendra-t-il avant de sombrer à son tour ? « C’est un défi que de garder son intégrité, dans un monde où les lois du marché sont les plus fortes. » Son combat a démarré. Et je me promets de garder un œil attentif sur ce génie qui s’ignore, afin de voir qui de lui ou du profit cèdera le premier.

Les paris sont lancés.

Publicités

2 réflexions sur “Rencontre – Sébastien Teissier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s