Roger-Pol Droit – Si je n’avais plus qu’une heure à vivre

Roger-Pol Droit - Si je n'avais plus qu'une heure à vivreQue feriez-vous si  je vous disais que là tout de suite il ne vous restait qu’une heure à vivre ? Trois mille six cents secondes avant le passage à trépas. Le néant (ou l’éternité, qu’importe). Prenez la peine de considérer très sérieusement la chose et de jouer le jeu. Vous verrez : c’est tout bénef. L’écoulement du temps démarre. Prenez une grande inspiration, faites le vide autour de vous et pendant une minute, réfléchissez-y. Ne vous croyez pas obliger de partager la réponse toutefois. Vous pouvez tout aussi bien la garder pour vous – et j’insiste ! nul ne mérite de connaître ce que vous feriez de vos soixante dernières minutes. Elles sont précieuses et c’est seul que vous affronterez la mort, voyez-vous. Mais enfin – une fois la question posée, acceptez la réalité : votre mort inévitablement un jour viendra et il n’y a rien que vous puissiez faire pour contrer cela. Ou alors si ! la promesse d’accomplir ce que vous feriez si vous étiez condamné à mourir. Car après tout et en réalité : vous l’êtes. Lire la suite

Publicités